La société écologique et ses ennemis par Serge AUDIER

La société écologique et ses ennemis

Titre de livre: La société écologique et ses ennemis

Éditeur: La Découverte

ISBN: 270719400X

Auteur: Serge AUDIER


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: La société écologique et ses ennemis.pdf - 36,762 KB/Sec

Mirror [#1]: La société écologique et ses ennemis.pdf - 39,238 KB/Sec

Mirror [#2]: La société écologique et ses ennemis.pdf - 36,831 KB/Sec

Serge AUDIER avec La société écologique et ses ennemis

Les traditions intellectuelles de la gauche semblent souvent impuissantes à traiter la question écologique. Dans une certaine mesure, on est même en droit de se demander si elles n'ont pas contribué, par leur culte des forces productives , à l'impasse dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui. L'objectif de ce livre est de reprendre le problème en partant d'évidences trompeuses, notamment celle qui voudrait que la gauche n'ait découvert que récemment les enjeux de la question écologique. On redécouvre peu à peu aujourd'hui quelques voix minoritaires qui, de William Morris à H. D. Thoreau, avaient manifesté un souci inédit de la nature. Toutefois, en les érigeant en héros solitaires, on risque de passer à côté d'un courant beaucoup plus large et méconnu qui a posé les prémisses d'une véritable société écologique . L'urgence est donc de redécouvrir la consistance d'une pensée politique de la nature, du travail et de l'émancipation qui s'est progressivement construite à l'écart du Grand récit de la gauche et dans un autre horizon que celui du productivisme. Si les ennemis de la société écologique se trouvent assurément du côté des forces du capitalisme, de l'économie politique libérale et du néolibéralisme, il serait faux et dangereux d'oublier que cette tradition intellectuelle a été marginalisée, voire combattue par les courants dominants de la gauche, qui ont souvent vu dans cette pensée écologique un conservatisme traditionaliste ou un romantisme réactionnaire.

Livres connexes

Les traditions intellectuelles de la gauche semblent souvent impuissantes à traiter la question écologique. Dans une certaine mesure, on est même en droit de se demander si elles n'ont pas contribué, par leur culte des forces productives , à l'impasse dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui. L'objectif de ce livre est de reprendre le problème en partant d'évidences trompeuses, notamment celle qui voudrait que la gauche n'ait découvert que récemment les enjeux de la question écologique. On redécouvre peu à peu aujourd'hui quelques voix minoritaires qui, de William Morris à H. D. Thoreau, avaient manifesté un souci inédit de la nature. Toutefois, en les érigeant en héros solitaires, on risque de passer à côté d'un courant beaucoup plus large et méconnu qui a posé les prémisses d'une véritable société écologique . L'urgence est donc de redécouvrir la consistance d'une pensée politique de la nature, du travail et de l'émancipation qui s'est progressivement construite à l'écart du Grand récit de la gauche et dans un autre horizon que celui du productivisme. Si les ennemis de la société écologique se trouvent assurément du côté des forces du capitalisme, de l'économie politique libérale et du néolibéralisme, il serait faux et dangereux d'oublier que cette tradition intellectuelle a été marginalisée, voire combattue par les courants dominants de la gauche, qui ont souvent vu dans cette pensée écologique un conservatisme traditionaliste ou un romantisme réactionnaire.Les traditions intellectuelles de la gauche semblent souvent impuissantes à traiter la question écologique. Dans une certaine mesure, on est même en droit de se demander si elles n'ont pas contribué, par leur culte des forces productives , à l'impasse dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui. L'objectif de ce livre est de reprendre le problème en partant d'évidences trompeuses, notamment celle qui voudrait que la gauche n'ait découvert que récemment les enjeux de la question écologique. On redécouvre peu à peu aujourd'hui quelques voix minoritaires qui, de William Morris à H. D. Thoreau, avaient manifesté un souci inédit de la nature. Toutefois, en les érigeant en héros solitaires, on risque de passer à côté d'un courant beaucoup plus large et méconnu qui a posé les prémisses d'une véritable société écologique . L'urgence est donc de redécouvrir la consistance d'une pensée politique de la nature, du travail et de l'émancipation qui s'est progressivement construite à l'écart du Grand récit de la gauche et dans un autre horizon que celui du productivisme. Si les ennemis de la société écologique se trouvent assurément du côté des forces du capitalisme, de l'économie politique libérale et du néolibéralisme, il serait faux et dangereux d'oublier que cette tradition intellectuelle a été marginalisée, voire combattue par les courants dominants de la gauche, qui ont souvent vu dans cette pensée écologique un conservatisme traditionaliste ou un romantisme réactionnaire.