Dictionnaire du bon langage par Nicolas-Joseph Carpentier

Dictionnaire du bon langage

Titre de livre: Dictionnaire du bon langage

Éditeur: TRANSCRIPT solutions

Auteur: Nicolas-Joseph Carpentier


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Dictionnaire du bon langage.pdf - 23,284 KB/Sec

Mirror [#1]: Dictionnaire du bon langage.pdf - 35,808 KB/Sec

Mirror [#2]: Dictionnaire du bon langage.pdf - 23,656 KB/Sec

Nicolas-Joseph Carpentier avec Dictionnaire du bon langage

Dictionnaire du bon langage par l’abbé Nicolas-Joseph Carpentier

LES DIFFICULTÉS DE LA LANGUE FRANÇAISE LES RÈGLES ET LES FAUTES DE PRONONCIATION LES LOCUTIONS VICIEUSES LES WALLONNISMES, LES FLANDRICISMES, ETC.

Ce n'est pas assez d'apprendre à bien parler et à bien écrire; il faut encore et avant tout désapprendre à mal parler et à mal écrire.


La difficulté de se corriger des vices de prononciation et de langage est un fait généralement reconnu par les hommes de l'enseignement, et par les personnes qui ont fait une étude quelque peu approfondie de la langue française. L'un des plus grands écrivains dont s'honore la littérature française, se fondant sur son expérience personnelle, ne craint pas de dire qu'il est rare que l'on se défasse entièrement de la rouille du provincialisme, à moins que l'on n'ait reçu de bonne heure, là où la langue se parle le mieux, c'est-à-dire dans la capitale, une éducation soignée.

A quoi faut-il attribuer cette infériorité du provincial dans l'usage de la langue?

Livres connexes

Dictionnaire du bon langage par l’abbé Nicolas-Joseph Carpentier

LES DIFFICULTÉS DE LA LANGUE FRANÇAISE LES RÈGLES ET LES FAUTES DE PRONONCIATION LES LOCUTIONS VICIEUSES LES WALLONNISMES, LES FLANDRICISMES, ETC.

Ce n'est pas assez d'apprendre à bien parler et à bien écrire; il faut encore et avant tout désapprendre à mal parler et à mal écrire.


La difficulté de se corriger des vices de prononciation et de langage est un fait généralement reconnu par les hommes de l'enseignement, et par les personnes qui ont fait une étude quelque peu approfondie de la langue française. L'un des plus grands écrivains dont s'honore la littérature française, se fondant sur son expérience personnelle, ne craint pas de dire qu'il est rare que l'on se défasse entièrement de la rouille du provincialisme, à moins que l'on n'ait reçu de bonne heure, là où la langue se parle le mieux, c'est-à-dire dans la capitale, une éducation soignée.

A quoi faut-il attribuer cette infériorité du provincial dans l'usage de la langue?Dictionnaire du bon langage par l’abbé Nicolas-Joseph Carpentier

LES DIFFICULTÉS DE LA LANGUE FRANÇAISE LES RÈGLES ET LES FAUTES DE PRONONCIATION LES LOCUTIONS VICIEUSES LES WALLONNISMES, LES FLANDRICISMES, ETC.

Ce n'est pas assez d'apprendre à bien parler et à bien écrire; il faut encore et avant tout désapprendre à mal parler et à mal écrire.


La difficulté de se corriger des vices de prononciation et de langage est un fait généralement reconnu par les hommes de l'enseignement, et par les personnes qui ont fait une étude quelque peu approfondie de la langue française. L'un des plus grands écrivains dont s'honore la littérature française, se fondant sur son expérience personnelle, ne craint pas de dire qu'il est rare que l'on se défasse entièrement de la rouille du provincialisme, à moins que l'on n'ait reçu de bonne heure, là où la langue se parle le mieux, c'est-à-dire dans la capitale, une éducation soignée.

A quoi faut-il attribuer cette infériorité du provincial dans l'usage de la langue?