Koursk - Staline défie Hitler par Nicolas Pontic

Koursk - Staline défie Hitler

Titre de livre: Koursk - Staline défie Hitler

Éditeur: Tallandier

Auteur: Nicolas Pontic


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Koursk - Staline défie Hitler.pdf - 44,278 KB/Sec

Mirror [#1]: Koursk - Staline défie Hitler.pdf - 38,115 KB/Sec

Mirror [#2]: Koursk - Staline défie Hitler.pdf - 36,721 KB/Sec

Nicolas Pontic avec Koursk - Staline défie Hitler

Le 5 juillet 1943, les 780 000 soldats et 2 800 chars de la Wehrmacht attaquent les 2 millions d’hommes et 5 000 chars de l’Armée rouge retranchés dans le saillant de Koursk. Durant douze jours, une bataille de tous les superlatifs fait rage. Depuis lors, le mythe de l’invincibilité allemande est bel et bien mort. Après la bataille de Moscou qui marque l’arrêt de l’offensive allemande en 1941, et le siège de Stalingrad en 1942, première défaite de la Wehrmacht, la bataille de Koursk est le troisième tournant de la guerre germano-soviétique. Hitler, pressé de toutes parts, doit emporter une victoire afin de montrer au monde, et surtout à ses alliés, que la Wehrmacht n’est pas vaincue. Les Allemands ont pour eux l’expérience, l’entraînement, des officiers compétents ainsi qu’une organisation flexible et adaptée à la guerre moderne. Staline veut prouver que l’Armée rouge peut inverser la marche des événements et, lors de cette troisième campagne d’été, arracher l’initiative aux Allemands. Sa stratégie consiste à attendre l’attaque allemande, puis à la contenir, la disloquer, avant de passer à une contre-offensive générale. Si les Soviétiques subissent les plus grandes pertes durant la bataille, ils font preuve d’une habileté stratégique et opérationnelle qui signera la fin de l’initiative des armées allemandes sur le front de l’Est. Après Koursk, qui deviendra dans l’imaginaire collectif la plus grande bataille de chars de l’histoire, la question n’est plus de savoir si la Wehrmacht pourra être vaincue, mais quand elle le sera.

Livres connexes

Le 5 juillet 1943, les 780 000 soldats et 2 800 chars de la Wehrmacht attaquent les 2 millions d’hommes et 5 000 chars de l’Armée rouge retranchés dans le saillant de Koursk. Durant douze jours, une bataille de tous les superlatifs fait rage. Depuis lors, le mythe de l’invincibilité allemande est bel et bien mort. Après la bataille de Moscou qui marque l’arrêt de l’offensive allemande en 1941, et le siège de Stalingrad en 1942, première défaite de la Wehrmacht, la bataille de Koursk est le troisième tournant de la guerre germano-soviétique. Hitler, pressé de toutes parts, doit emporter une victoire afin de montrer au monde, et surtout à ses alliés, que la Wehrmacht n’est pas vaincue. Les Allemands ont pour eux l’expérience, l’entraînement, des officiers compétents ainsi qu’une organisation flexible et adaptée à la guerre moderne. Staline veut prouver que l’Armée rouge peut inverser la marche des événements et, lors de cette troisième campagne d’été, arracher l’initiative aux Allemands. Sa stratégie consiste à attendre l’attaque allemande, puis à la contenir, la disloquer, avant de passer à une contre-offensive générale. Si les Soviétiques subissent les plus grandes pertes durant la bataille, ils font preuve d’une habileté stratégique et opérationnelle qui signera la fin de l’initiative des armées allemandes sur le front de l’Est. Après Koursk, qui deviendra dans l’imaginaire collectif la plus grande bataille de chars de l’histoire, la question n’est plus de savoir si la Wehrmacht pourra être vaincue, mais quand elle le sera.Le 5 juillet 1943, les 780 000 soldats et 2 800 chars de la Wehrmacht attaquent les 2 millions d’hommes et 5 000 chars de l’Armée rouge retranchés dans le saillant de Koursk. Durant douze jours, une bataille de tous les superlatifs fait rage. Depuis lors, le mythe de l’invincibilité allemande est bel et bien mort. Après la bataille de Moscou qui marque l’arrêt de l’offensive allemande en 1941, et le siège de Stalingrad en 1942, première défaite de la Wehrmacht, la bataille de Koursk est le troisième tournant de la guerre germano-soviétique. Hitler, pressé de toutes parts, doit emporter une victoire afin de montrer au monde, et surtout à ses alliés, que la Wehrmacht n’est pas vaincue. Les Allemands ont pour eux l’expérience, l’entraînement, des officiers compétents ainsi qu’une organisation flexible et adaptée à la guerre moderne. Staline veut prouver que l’Armée rouge peut inverser la marche des événements et, lors de cette troisième campagne d’été, arracher l’initiative aux Allemands. Sa stratégie consiste à attendre l’attaque allemande, puis à la contenir, la disloquer, avant de passer à une contre-offensive générale. Si les Soviétiques subissent les plus grandes pertes durant la bataille, ils font preuve d’une habileté stratégique et opérationnelle qui signera la fin de l’initiative des armées allemandes sur le front de l’Est. Après Koursk, qui deviendra dans l’imaginaire collectif la plus grande bataille de chars de l’histoire, la question n’est plus de savoir si la Wehrmacht pourra être vaincue, mais quand elle le sera.